Mon histoire


Toute mon enfance, j’ai évolué dans un univers artistique et manuel ,

j’ai toujours vu mes parents restaurer et décorer des maisons.

Plus jeune dans notre maison de campagne,

j’adorais passer des heures dans le garage pour y construire des maisonnettes de poupées

en MDF (panneau de fibres de bois de densité moyenne),

j’utilisais peintures et outils sous l’œil attentif de mes parents.

Le mercredi après-midi je réalisai des maquettes avec des boites d’allumettes et du papier cartonné. 

Plus tard ce sont mes grands-mères qui me transmettaient leur savoir-faire  manuel en héritage.

J’ai alors pu apprendre le tricot, le crochet et la couture. 

Ecole Boulle


Plus tard, jusqu’à la 3ème, j’ai suivi un cursus scolaire général.

Puis, très vite, je me suis rendue compte qu’il était nécessaire pour mon épanouissement futur de choisir une filière en CAP ou une école d’art.

J’ai donc postulé et passé les concours d’entrée de l’école de l’Abbé Grégoire (Lycée Professionnel) ainsi que celui de l’école Boulle, toutes deux spécialisées dans la tapisserie d’ameublement.  J’ai été acceptée aux deux écoles.

Après réflexion je me suis tournée vers l’Ecole Boulle intéressée par sa notoriété internationale. J’ai obtenu mon Baccalauréat, et accédé au DMA.

Après cinq années passées au sein de cette grande école, j’ai obtenu mon Diplôme des Métiers d’Art  avec  mention.


curriculum vitae


Une fois dans la vie professionnelle, j’ai travaillé en boutique,  je voulais explorer l’aspect commercial d’une entreprise.

Mais je n’étais pas totalement épanouie et en parallèle je continuais à créer. 

Afin de renforcer mes connaissances à la fois commerciales et créatives,

j’ai décidé  d’intégrer une formation  de Visuel Merchandiseur à Paris.

Grace à cette formation, j’ai pu côtoyer le monde du luxe à travers de différents stages. 

Puis, au sein de l’enseigne Nature et Découvertes,  

j’ai pu pendant trois ans m’exercer et créer différents univers

tout en gardant ce lien avec la clientèle à laquelle je suis très sensible.

J’avais toujours en moi ce besoin incompressible de créer. Je collectais tissus et boutons divers, comme en prémonition à ce souhait encore flou de m’établir dans le domaine de la couture. Je répondais à des commandes de cadeaux de naissance et créais coussins et peluches.  Seulement je n’arrivais pas à me projeter autrement quand dilettante.

Puis j’ai eu une révélation le jour ou j’ai acheté dans une boutique de loisir créatif un fermoir de sac. J’ai vu au travers de cette pièce une multitude de possibilités de créer. Ce premier sac a rencontré un vrai engouement dans mon entourage.

J’avais enfin trouvé comment jumeler passion et commerce. 

J’ai initié ma première collection en réalisant de petits porte-monnaie, des trousses à maquillage,

des nœuds à cheveux et bien entendu des sacs à mains.


Facebook